A partir des recherches scientifiques on n’a pas pu démontrer une cause explicite de la mortalité des abeilles. On est parvenu à un consensus sur la formulation “un complexe de facteurs est responsable pour la mortalité des abeilles”. En l’absence de résultats éloquents depuis la science et en l’absence d’explications pour la mortalité mondiale des abeilles, toutes sortes de spéculations sur d’autres causes ont pu prendre racine.

En fait on peut ramener celles-ci au mécontentement social et au “pessimisme technologique”. Elles se sont répandues ensuite par un marketing malin par les communautés d’idées. Dans beaucoup de cas le sujet mortalité des abeilles est devenu la raison d’être. En dehors du monde de l’apiculture la continuité de la mortalité des abeilles est devenue importante de plusieurs façons.

Au sein du modèle social on prend une cause auto-définie comme point de départ. On veut faire résoudre le problème par les autres, par exemple par l’interdiction des pesticides, par des exigences supplémentaires pour l’agriculture ou par l’encouragement des humains et des autorités de semer des plantes à fleurs pour les abeilles.

Ce genre de mesures sont rarement appuyées par de bonnes recherches et parfois seulement basées sur une seule publication.