Depuis des années il y a une mortalité hivernale très élevée aux États-Unis, une mortalité d’hiver plus élevée qu’acceptable dans beaucoup de pays et régions en Europe, une forte augmentation de maladies du couvain (AFB) et des problèmes avec les reines.

Il n’y a pas encore une solution pour la mortalité hivernale élevée en vue. Malgré tant de recherches depuis 2007. Tout porte à regarder le problème d’une autre façon.

Maladie systémique

La mortalité des abeilles est une maladie systémique, parce que cela existe partout dans le monde, et dans des circonstances très variées. Les symptomes, comme par exemple les ruches vides, les problèmes de reproduction(infertilité des faux-bourdons et des reines), la mortalité hivernale, se rencontrent dans le monde entier. Les virus DWV et BQCV sont retrouvés presque partout. Les acariens varroa sont présents dans les colonies d’abeilles dans la plupart des pays et des régions. Il va de même pour Nosema ceranae.

Les processus, qui se produisent dans les abeilles/colonies d’abeilles, sont les mêmes que ceux dans le système écologique, les effets se manifestent de manières différentes.

Causes et effets

Les acariens varroa et les virus sont des effets, non pas des causes. Les colonies d’abeilles meurent aussi quand il n’y a point d’acariens varroa. Les virus DWV et BQCV ne sont pas non plus déterminants. Jusqu’à présent on indique toujours les varroa, les pesticides et le manque de suffisamment de fleurs comme causes les plus importantes des problèmes. L’agriculture intensive, la perte d’habitat, le changement climatologique et la pratique de l’apiculture sont souvent mentionnés comme facteurs défavorables pour les colonies d’abeilles.

Il n’est pas clair quelle est la contribution de chacune de ces causes possibles sur le total de la mortalité des abeilles. C’est difficile à déterminer, surtout tant qu’on ne sait et on ne comprend pas pourquoi les abeilles “disparaissent” soudainement et pourquoi elles meurent exactement.

La présence des agents pathogènes ne dit pas grand-chose. Les maladies sont d’abord un signal de quelques chose qui ne va pas. Il y a toujours une possibilité de rétablissement, et bien sûr c’est aussi souvent le cas pour les colonies d’abeilles.

Diagnostic

Le plus important pour trouver une solution pour les problèmes dans le secteur apicole (disparition, mortalité, problèmes de reproduction) est d’obtenir un diagnostic solide, correct et sans équivoque de cette maladie systémique. Un diagnostic ne contient non seulement une description des syndromes et des agents pathogènes, mais aussi une analyse précise des processus pathogèniques. Les symptomes de cette maladie systémique, qui se produisent par exemple aussi à la surface de l’eau, aident à analyser les problèmes dans le secteur apicole.

Facteurs présents partout

Selon le fait qu’aussi dans les espaces naturels avec une flore riche et diverse, où l’on n’utilise pas de pesticides, il y a une mortalité des abeilles élevées voire très élevée, nous concluons que les causes les plus mentionnées “pesticides”et “ manque de plantes porteuses” ne sont pas les causes primaires de la mortalité des abeilles et de la diminution du nombre de colonies d’abeilles au cours de la saison.

Selon le fait que les colonies d’abeilles disparaissent dans les situations où il n’y a pas d’acariens varroa du tout, nous concluons que le varroa n’en est pas un facteur déterminant.

Puisque les symptomes sont partout pareils, ou presque pareils, il doit y avoir un facteur sous-jacent, qui est présent partout. Nous partons de l’idée que se sont les particules qui tombent de l‘air.

Nous estimons surtout la combinaison de NOx et de manganèse comme facteur fondamentalement le plus important, le plus déterminatif et présent partout dans le monde. Cette combinaison a une influence claire sur le bilan minéral, et sur le bilan ferrique en particulier. Les problèmes de disponibilité de fer influencent directement le bilan énergétique, le système neurologique et le système immunitaire. Un manque de fer peut se manifester de plusieurs façons. En cas de manque de fer certains autres minéraux sont relativement plus importants, comme le manganèse.

Processus

Pour faire comprendre ce qui se passe exactement, une certaine connaissance et notion des processus sous-jacents fondamentaux qui se produisent est nécessaire. Le premier processus est la transformation de NOx/nitrate en ammonium (NH3). Ainsi les circonstances deviennent alcaliques, autrement dit le degré d’acidité diminue. Certains minéraux ne sont déjà plus solubles sous des circonstances légèrement alcalique (pH>7), avec pour conséquence qu’ils ne sont plus disponibles. Cela s’applique surtout au fer, qui n’est alors pratiquement plus soluble et donc indisponible.

De telles circonstances alcaliques apparaissent régulièrement. A chaque fois une certaine quantité de fer se précipite sous une forme complètement insoluble. A partir de ce moment ce fer n’est plus disponible, la colonie d’abeille “perd” à chaque fois une certaine quantité de fer.

Manganèse

Lors de circonstances légèrement alcaliques le manganèse reste encore soluble et disponible. Le manganèse prend alors la place du fer. Il y a aussi un échange entre le fer et le manganèse. Les glissements de solubilité et de disponibilité des minéraux ont des conséquences importantes pour les abeilles et les colonies d’abeilles. C’est le deuxième processus.

Effets sur les micro-organismes

La disponibilité croissante de manganèse par rapport au fer influence la composition microbienne. Autrement dit, certaines bactéries et autres micro-organismes peuvent croître plus facilement et peuvent l’emporter. C’est le troisième processus. Au fait il ne s’agit pas de micro-organismes pathogènes.

Le quatrième processus consiste en la production de certaines substances par ces autres micro-organismes, ce qui change le comportement des colonies d’abeilles. Ainsi se produit CCD, la “disparition” des abeilles. Ainsi se produisent des maladies. Ainsi se crée une chance pour les varroa. Des ruches vides et l’augmentation du nombre d’acariens varroa sont des exemples des observations de l’apiculteur comme résultat final des processus nommés ci-dessus.

Ferro-Bee®

Pour vous en tant qu’apiculteur, il est important de savoir quelque chose des processus expliqués ci-dessus. Pour vous en tant qu’apiculteur, il est important de connaître un peu ces processus. Car sous des circonstances humides les processus, qui mènent à la disparition ou à la mortalité, commencent . C’est pour ces raisons que nous vous conseillons en tout cas d’administrer du Ferro-Bee® par temps humide.

Dans le prochain bulletin d’information nous expliquerons en détail comment certaines bactéries contribuent à la préservation et le développement des varroa dans les colonies d’abeilles.

Voir ici Le manganèse et la disparition des abeilles